jeudi 26 mars 2009

Les pygmées au Cameroun


La particularité de la richesse du Cameroun est sa diversité notamment ethnique, il n'y a pas que des grands en Afrique et au Cameroun.

Premiers habitants de la forêt camerounaise, les Pygmées constituent une minorité analphabète, primitive et totalement marginalisée, tant sur le plan social qu'économique ou politique.

La plupart des études anthropologiques font mention de trois groupes ethniques Pygmées au Cameroun :

* Les Baka dans la province de l’Est et du Sud c'est le groupe Pygmée le plus nombreux, il regroupe environ 40000 individus.
* Les Bakola dans la province de l’Océan
Les Bagyeli dans le Sud-Ouest du Cameroun, près de la côte Atlantique
les Bakola et Bagyeli forment un groupe évalué à 3000 membres.

Dès les premiers jours de son indépendance, le Cameroun a décidé de sédentariser les Pygmées pour en faire des Camerounais à part entière, des forces vives pour un pays en voie d'unification et de construction.

En 1960, la sédentarisation trouve un début d'application à l'Est . Il en fut de même pour les Pygmées de Bipindi - Lolodorf - Ngovayant, département de l'Océan, province du Sud.

Vers 1968, le 2ème plan quinquennal de développement (1965-1970) lance l'opération mille pieds visant à développer les cultures industrielles chez les Pygmées Baka.
De multiples actions d'insertion sociale sont en même temps envisagées pour l'émancipation des peuples Pygmées.

Mais le rôle de l'État s'est révélé insuffisant dans ce programme d'insertion. Malgré un arrêté présidentiel portant sur l'organisation du statut des Pygmées, le programme en est toujours à la case de départ, à la recherche de voies et de moyens pour une intégration efficace tout en persistant à ignorer l'important aspect civique et politique.

C'est sur le constat de cet échec de l'État que des actions ont été initiées sur le terrain par des associations humanitaires et des ONG pour sortir de l'impasse et apporter de débuts de solution à l'intégration des Pygmées et au problème de l'exclusion des minorités analphabètes au Cameroun.
Il est aujourd'hui incontestablement reconnu que la clé de ce problème passe par la scolarisation des enfants, l'éducation civique et la socialisation politique des populations Pygmées minoritaires.
Dans la tradition Pygmée fondée sur le partage, personne ne manque jamais de rien car la nature, et plus particulièrement la forêt, offre généreusement ses ressources que l'on peut échanger et partager.
Les Pygmées tirent toutes leurs ressources de la forêt, ils sont traditionnellement chasseurs, pêcheurs et cueilleurs.
Malheureusement aujourd'hui, ils sont totalement inadaptés à l'environnement social qui leur est imposé, les Pygmées Bagyeli et Bakola sont de plus victimes de marginalisation en raison de la non reconnaissance de leurs droits fondamentaux : destruction de leur milieu de vie naturel, pas de terre, habitat précaire, insécurité sociale et alimentaire, non accès aux soins de santé primaires et aux structures d’éducation et de formation, non accès au marché et à l’emploi. Leur survie s'en trouve menacée.

2 commentaires:

Caren a dit…

C'est vraiment interessant. J'etait en Mauritanie pour deux annees et demies en Corps de la Paix qui est similaire aux programmes en France pour des volontaires internationaux. Je suis Americaine mais je recherche maintainent pour des blog francais juste pour practiquer en ecrire et lire francrais. Il faut me corriger si c'est necessaire. mon blog address et crubin.blogspot.com. Si vous pouvez lire anglais, je vous encourage l'a voir. jusque-la, bon chance!

balisto a dit…

Merci de s'interesser à mon blog j'essaie de faire connaitre mes racines. J'rai voir votre blog même si je ne maîtrise pas aussi l'anglais que vous le français.
amicalement